MATHILDE CYVOCT                                                      LES OUBLIES

1ère ES1

 

 

      MARTIN ZANDVLIET dans  Les Oubliés  nous montre comment sont traités les prisonniers de guerre  une fois la guerre terminée.

 

     Tout d'abord, les prisonniers de guerre doivent bénéficier de droits grâce à la Convention de GENEVE du 27/07/1929 qui pose comme principe général la protection des prisonniers contre les actes de violence, les insultes... En effet, même si ces individus sont des prisonniers, ils restent avant tout des êtres humains et doivent être traités correctement. Ces adolescents, prisonniers allemands au Danemark après mai 1945, sont retenus illégalement, ils devraient être rendus à leur pays. De plus, ils ont peu, voire pas, à manger car ils ne sont pas jugés prioritaires dans la répartition de la nourriture, ils sont servis en dernier, s'il reste quelque chose. Retenus illégalement, dans des conditions intolérables, ils sont destinés à mourir....

 

     En effet, ces prisonniers de guerre sont contraints de faire un « travail » forcé  très pénible et surtout très dangereux. Les prisonniers de guerre sont souvent incarcérés et utilisés pour remettre en état le pays ravagé par la guerre. C'est le cas de ces jeunes adolescents qui sont retenus au Danemark et pour déminer les plages que leur armée avait  criblée de mines. Ils sont mis à l'épreuve chaque jour, confrontés en permanence à la peur, aux blessures ainsi qu'à la mort, les mines sont des explosifs meurtriers qui cherchent à semer la terreur.

 

      Enfin, les prisonniers de guerre souffrent psychologiquement à cause de la dureté   des choses, implacables, sans espoir. En effet, la réalité est terrifiante, ils ont 17 ans et vont mourir, se sachant sacrifiés, en voyant disparaître à chaque instant leurs proches. Par exemple, ERSNT voit son frère jumeau disparaître dans l'explosion d'une mine. Il le cherchera partout, criera son nom, il ne peut pas admettre que son frère Werner a disparu en un instant à jamais, il veut à tout pris le retrouver.

 

       En conclusion, nous pouvons affirmer que ces prisonniers de guerre subissent des violences physiques et psychologiques qui sont de la torture avec très peu d'espoir de retrouver la liberté, ils sont contraints de poursuivre leur mission jusqu'au sacrifice de leur vie.